fbpx

Vous avez peut-être depuis longtemps l’envie d’écrire un livre lié à votre activité professionnelle ou à un sujet qui vous tient à cœur, sans savoir si cette idée est réellement bonne ou pas.

Est-ce une fausse bonne idée ? Avez-vous peur d’écrire un livre que personne ne lira jamais, peur d’investir du temps et de l’argent dans ce projet d’écriture sans avoir le fameux ROI ?

Pour vous aider, je vous présente ici six questions à vous poser pour tester si votre idée de livre est bonne.

1. Etes-vous passionné.e par le sujet de votre livre ?

Je l’ai déjà écrit sur ce blog, la passion doit être au cœur de votre ouvrage. Ecrivez avant tout sur LE sujet qui vous anime et qui vous fait vous lever le matin.

Plusieurs raisons à cela :

  • L’écriture d’un livre demande plusieurs mois de concentration, vous devrez tenir sur la durée.
  • Ensuite, vous devrez faire la promotion de cet ouvrage, qui vous amènera à animer des conférences et des ateliers sur le sujet.
  • Soyez sûr.e d’écrire sur un sujet dont vous ne vous lasserez pas de parler en quelques semaines ou mois.

Parler de ce sujet doit vous galvaniser, vous faire monter en énergie, c’est d’après moi, un point essentiel.

2. Votre sujet de livre est-il pérenne ?

Là encore, tenez compte de la longueur relative du processus d’écriture et de publication. Prenez garde de ne pas choisir sur un sujet trop brûlant ou éphémère, dont plus personne n’aura que faire dans quelques mois, une fois que vous l’aurez publié.

Veillez plutôt à choisir un sujet dans l’air du temps, soyez à l’avant-garde dans votre domaine d’expertise mais gare aux feux de paille ! Plus votre sujet sera pérenne, plus longtemps vous pourrez vendre et utiliser votre livre pour faire la promotion indirecte de votre entreprise ou de vos services.

Conseil : Si vous comptez écrire un livre sur un sujet en constante évolution, envisagez-le sous l’angle d’éditions successives. Vous pourrez ainsi mettre à jour votre livre avec les dernières mises à jour dans votre domaine : les avancées, de nouveaux témoignages, de nouveaux cas pratiques, de nouveaux exercices. Des versions enrichies, en somme, au fil des années pour bénéficier toujours de l’attractivité de la nouveauté.

Si par ailleurs, vous êtes en quête d’inspiration pour le sujet de votre livre, je vous invite également à lire l’article suivant que j’ai publié il y a quelques mois : 5 idées de livre pour votre business.

3. Avez-vous trouvé un angle d’attaque pour votre sujet ?

Le succès d’un livre n’est pas dû à son sujet mais bien à son angle d’attaque. Cherchez cet angle d’attaque. L’objectif que vous devez viser ? Trouver votre Océan Bleu ! Comme en marketing, il s’agit de trouver le sujet qui intéressera le plus grand nombre de lecteurs et donc de clients idéaux, mais qui, dans le même temps, aura un focus ou un contenu inédit qui différenciera immédiatement votre livre de celui de vos concurrents.

« Le succès d’un livre n’est pas dû à son sujet mais à son angle d’attaque »

Un livre doit s’appréhender dans sa globalité, c’est-à-dire sous les trois aspects suivants : le fond, la forme, le format. Réfléchissez à l’attractivité de votre livre pour vos lecteurs cibles sous ces trois aspects, qui constitueront la traduction concrète de votre angle d’attaque.

  • Le fond, c’est le sujet, le contenu, et en particulier l’angle d’attaque dont nous avons parlé plus haut. Cela concerne ce que vous allez raconter, partager, enseigner et grâce à quels moyens : des exposés, des interviews d’autres experts, des témoignages, etc.
  • La forme, ce sont les détails que vos lecteurs ne percevront peut-être pas réellement mais qui auront un fort impact sur leur ressenti. Sur quel ton vous adressez-vous à eux ? Quel niveau de langage, quel vocabulaire utilisez-vous ?
  • Le format est souvent abordé en collaboration avec l’éditeur, qui aura lui-même des contraintes liées à la collection dans laquelle votre ouvrage sera publié. Mais il se peut que vous publiiez vous-même votre ouvrage en auto-édition, auquel cas vous devrez faire vos propres choix : nous parlons ici du format, du type de couverture, du nombre de pages, de l’impression couleur ou noir et blanc par exemple, et des contenus additionnels : photos, illustrations, etc.

Qu’est-ce qui attirera l’œil de vos lecteurs-cibles et les tiendra en haleine jusqu’au bout de votre récit ?

4. Avez-vous décortiqué les livres concurrents ?

Afin de faciliter la découverte de votre Océan Bleu, commencez par effectuer une première recherche sur les plates-formes de vente en ligne (Amazon, Fnac, etc.) en saisissant des mots-clés similaires aux vôtres et voyez ce qui sort.

Faire une étude de la concurrence est intéressante à deux niveaux :

  • Tout d’abord, lire les livres de vos concurrents ou homologues est la meilleure façon d’identifier ce qui vous plaît et ce qui ne vous plaît pas à tous les niveaux : contenu(s), style et ton, mise en page, format et donc de définir plus précisément ce que vous voudriez reproduire ou au contraire éviter.
  • Mais cela vous permettra également d’identifier si votre sujet a déjà été abordé dans de multiples ouvrages. Et si oui, sous quel angle. Ou si à l’inverse le sujet n’a été que peu traité. Les sujets grand public devront se démarquer de la concurrence avec un focus inédit. Les sujets de niche devront trouver leurs lecteurs par des actions de promotion bien ciblées, que vous avez peut-être déjà mises en œuvre auprès de votre communauté.

5. Pouvez-vous résumer votre idée de livre dans un format « elevator pitch » ?

Comme vous l’avez sûrement fait pour votre business, je vous recommande de préparer un petit discours pour présenter votre livre, même si celui-ci n’est pas encore en cours d’écriture. Il s’agit de quelques phrases, quatre ou cinq maximum (les coachs les plus stricts diront une seulement), de présentation de votre (projet de) livre.

Conseil : Un elevator pitch doit répondre aux trois questions suivantes :

– à qui s’adresse votre ouvrage ?

– à quelle question vient-il répondre/quel problème vient-il résoudre ?

– et sous quelle forme ?  (J’écrirai bientôt un article plus complet sur l’elevator pitch de votre livre.)

Cela est indispensable pour que vous puissiez parler plus tard de votre ouvrage, mais l’écrire maintenant, dès le stade de l’idée, vous permet de vous assurer que votre sujet est bien bordé et qu’il a un focus identifié. Si vous ne pouvez pas vous-même synthétiser votre idée en quelques phrases, c’est que votre sujet est peut-être trop vaste, pas assez précis, pas assez abouti.

6. Avez-vous recueilli des feed-backs de ces trois catégories de personnes ?

Une fois votre pitch en poche, je vous invite à le tester auprès de trois catégories de personnes :

– vos lecteurs cibles, c’est-à-dire des personnes potentiellement intéressées par cette question, concernées par le problème que vous proposez de résoudre. Vos clients en somme ! Leur présenter votre pitch vous permettra de prendre un peu la température, observer leurs réactions et surtout noter leurs premières et/ou récurrentes questions. Ce sont des informations précieuses pour vous.

– vos homologues, ou quelqu’un qui maîtrise lui aussi le sujet de votre livre ou votre domaine d’expertise. Là encore, il s’agit de trouver chez vos confrères quelqu’un en qui vous avez confiance (c’est-à-dire qui ne va ni voler votre idée, ni vous donner un avis malhonnête pour vous décourager) mais qui saura aussi vous donner un feed-back franc et vous poser des questions pertinentes.

– un professionnel de l’écriture, de l’édition (ou du marketing). Cherchez le soutien d’un professionnel du livre, quelqu’un qui vous apportera un regard plus détaché, qui vous posera des questions éclairées sur le fond, la forme, le format, le retravail du texte, les modalités de publication, les actions de promotion que vous envisagez pour votre ouvrage.

Envie d’être accompagné(e) pour écrire votre livre ? Réservez dès maintenant une Séance Découverte offerte avec moi ! Nous étudierons ensemble votre idée de livre et définirons vos premiers pas pour passer du rêve à la réalité.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *